Barcelone – Milan : Et si ma tante en avait…

Publié le par grk-sports

             3721057_700b_v1.jpg

Commençons par dire que je ne suis pas un fan du Barça. Mais il est vrai que j’apprécie de voir jouer cette équipe. Un jeu porté sur l’offensive, fait d’accélérations et de redoublements de passes, cela correspond à une vision du football que je trouve agréable à suivre. Néanmoins, comme d’autres (coucou Mexès !), je peux parfois être agacé par certaines provocations ou simulations de la part de Busquets, Dani Alves ou encore Messi…


L’arbitre accusé


Hier, mardi 3 avril, quart de finale retour de Ligue des Champions FC Barcelone – Milan AC. Bref rappel des faits : 3-1 pour le Barça, dont deux buts catalans sur des penaltys transformés par Lionel Messi. Ce sont justement ces décisions arbitrales, en particulier la deuxième, qui font polémique sur divers forums sportifs depuis la fin du match.

En ce qui me concerne, je trouve le premier penalty logique et le deuxième contestable. Sans pour autant être scandaleux. Mais surtout, ces « faits de jeu » ont permis à de nombreux détracteurs de Barcelone de ressortir l’ancestrale théorie du complot : à chaque fois que le Barça est en difficulté, un coup de pouce du hasard / du destin / de l’arbitre (rayer la mention inutile) lui vient en aide.


Allegri coupable ?


Premièrement, si l’on s’en tient à la double confrontation contre le Milan AC, il ne me paraît pas évident que l’arbitrage ait été qu’en faveur de Barcelone. Ce n’est que mon ressenti, mais je me souviens qu’au match aller, il n’aurait pas été abracadabrant que les Blaugrana bénéficient d’un penalty. En revanche, ce qui me paraît évident, c’est que les Rossoneri paient leur manque d’ambition du match aller. Bétonner derrière en misant tout sur un hypothétique 0-0 pour conserver ses espoirs lors du match retour n’aura pas été une stratégie couronnée de succès. D’autant qu’au match retour, avec 2 tirs, dont un seul cadré, les attaques seront restées trop timorées pour faire la différence.  Avec un trio offensif Ibrahimovic-Robinho-Boateng, n’y avait-il pas moyen de mettre davantage en difficulté une défense catalane, qui n’a pas toujours semblé d’une sérénité à toute épreuve ?


Avec des si…


De manière plus générale, j’ai l’impression que les victoires du Barça lors des matchs importants suscitent souvent le même type de réactions. « Et si l’arbitre n’avait pas accordé ce penalty… », « Et si Pato ne s’était pas blessé… », « Et si untel n’avait pas été expulsé… », « Et si untel n’avait pas fait une erreur à ce moment du match… », « Et si cette frappe n’avait pas été contrée… »... Et si ma tante en avait ? Oui, fréquemment, un match se joue sur un ou plusieurs fait(s) de jeu favorable(s) à l’équipe qui l’emporte. Mais n’est-ce pas inhérent au football, voire au sport en général ? Affirmer que Barcelone se qualifie toujours avec une grande part de chance me paraît être un raccourci bien subjectif. Et si l’on s’en tient au vieil adage, gageons qu’au moins pour ce quart de finale, la chance aura souri au plus audacieux.

B.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article