David Douillet, des tatamis au conseil des ministres

Publié le par grk-sports


David Douillet est né le 17 février 1969 à Rouen. Muni de capacités physiques hors normes (1.80m et 80 kgs à 11 ans!), il débute le judo à Neufchâtel en Bray. Un véritable colosse. Il atteindra son gabarit final pendant ses années de sport études à Rennes : 1m96 et plus de 120 kilos. Lors d’une compétition il est remarqué et intègre l’Institut National du Sport et de l’Education Physique (INSEP). Parallèlement au judo, il y décroche un BTS action commerciale. C’est en 1988 qu’il obtient son premier titre en devenant champion de France junior. Il attendra 1991 pour décrocher son premier titre senior. Il dispute ensuite ses premiers jeux Olympiques à Barcelone, en 1992, durant lesquels il termine troisième et ramène donc la médaille de bronze.

 

La consécration puis la suprématie


Dès 1993, il décroche à 24 ans son premier titre mondial à Hamilton au Canada. Puis ensuite, tout s’enchaîne : titre européen l’année qui suit en Pologne, double titre mondial poids lourds et toute catégorie au Japon, et surtout premier titre olympique en 1996 à Atlanta. En demi-finale de ces Jeux Olympiques, il prend même sa revanche sur Naoya Ogawa, qui l’avait éliminé 4 ans plus tôt à Barcelone. Fait amusant, il ne recevra sa médaille qu’en 1997, les organisateurs ayant malencontreusement échangé les médailles « homme » et « femme » à Atlanta.

Mais deux mois après les JO, un grave accident de moto le blesse sérieusement au mollet et à l’épaule. La fin de sa carrière ? C’est sans compter la volonté de l’homme, prêt à tout pour « redevenir un athlète, puis un champion ». Dès 1997, il remporte les jeux méditerranéens, puis les mondiaux à Paris. Cependant, une nouvelle blessure au poignet l’éloigne des tatamis jusqu’à son dernier grand défi, Sydney.

 

Sydney 2000, L’apothéose du colosse

 

Après une triste 7è place aux championnats d’Europe de Bratislava en 1999, tout le monde le dit « finit » et « dépassé ». En revanche, lui y croit : « Sydney ? Il faudrait me couper une jambe pour que je n’y aille pas ». Malheureusement, des problèmes de dos entachent sa préparation physique et même son coach avoue que ce sera compliqué. Mais il est bien présent, et même porte-drapeau de la délégation française pendant la cérémonie d’ouverture.

Pendant la compétition, il se hisse assez facilement en finale où il retrouve Shinishi Shinohara, qu’il avait déjà battu en finale des championnats du monde à Paris en 1997. Pour le dernier combat de sa carrière, il s’impose grâce à un yuko dans la dernière minute, décroche pour la deuxième fois l’or olympique, et devient par la même occasion le judoka le plus titré des championnats internationaux. La légende David Douillet est écrite.

 

La reconversion en homme d’affaires et consultant

 

Depuis 1997, il entretient une très bonne image auprès des français. En plus de ces victoires successives dans les dojos, il s’occupe de l’association « Pièces jaunes » avec Bernadette Chirac. Il est également actionnaire d’une agence de voyages, mais celle-ci tombe en faillite en août 1997. Après sa retraite en 2000, il est même impliqué dans une affaire de « complicité et recel de banqueroute » dans cette même agence. C’est la seule zone sombre dans l’histoire d’un homme d’images, mais qui sera vite oubliée tant David Douillet est apprécié.

Parallèlement à sa carrière d’homme d’affaires, il entame une nouvelle vie de consultant, d’abord pour France Télévisions puis pour Canal +. Il est même nommé au sein du comité directeur  de la fédération  française de judo en 2005 et 2008. David Douillet est un homme volontaire, aux multiples facettes, et c’est sans surprise qu’il se lance dans la politique.

 

 « La politique est une affaire de cœur autant que de raison »

 

En 2009 il est nommé secrétaire national à la vie sportive de l’UMP. Une reconversion qui surprend évidemment, comme lorsqu’un sportif devient chanteur ou acteur. Sa femme Valérie, elle, n’était pas surprise : « David a toujours voulu s’investir en politique, et quand on le connaît bien, le voir suivre cette voie est tout sauf une surprise ». C’est le début d’une belle ascension pour l’ancien champion, mais il a tout à prouver. « Je sais qu’on ne m’attend pas, mais la crédibilité, ça ne s’acquiert pas, ça se gagne » déclare-t-il sur son blog.

Il est ensuite candidat à l’élection législative, et devient député de la 12è circonscription des Yvelines.  Ensuite tout s’enchaîne : il est élu conseiller général d’Ile de France en 2010, puis secrétaire d’état auprès du ministre en 2011. Et en septembre 2011, il prend la place de Chantal Jouanno partie au sénat, et devient ministre des sports.

Sur son site, il donne sa définition de la politique («la politique est une affaire de cœur autant que de raison») et déclare assumer cette fonction avec sérénité et ambition.

Le petit prodige du judo est arrivé au sommet de la hiérarchie du sport sur le terrain, puis au sommet de la hiérarchie du sport en politique. Une véritable success story pour un homme avant tout apprécié par tous ses compatriotes, qu’il entend désormais servir avec « enthousiasme, et détermination ».

      S.

Publié dans Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article