Mon sportif de l'année : Djokovic

Publié le par grk-sports

 

Novak Djokovic terminera la saison 2011 sur la plus haute marche du classement. Les masters, comme toujours dernier tournoi de la saison, viennent de s’achever à Londres, et les performances du serbe tout au long de l’année en font l’un de nos nommés au titre de sportif de l’année 2011.

 

Janvier – Mai : 41 matches, 41 victoires

 

Comme chaque année, le 1er grand rendez-vous de la saison se déroule à Melbourne avec l’Open d’Australie. Il répond présent en s’imposant en finale face à Andy Murray (6-4, 6-2, 6-3), après avoir notamment éliminé Federer en demi-finales (7-6, 7-5, 6-4). Un affrontement d’une grande intensité entre le serbe et le suisse, le premier de la saison en tout cas. Quoi qu’il en soit, « Nole », comme on le surnomme, remporte le premier tournoi du grand chelem de l’année, et s’impose en Australie pour la deuxième fois de sa carrière après 2008.

La suite de son début de saison est tonitruante : il conserve son titre à l’Open de Dubaï, puis remporte les Masters 1000 d’Indian Wells. Il passe à cette occasion deuxième au classement ATP.

Djokovic est intouchable, il gagne les masters 1000 de Miami, puis l’Open de Belgrade, puis les masters 1000 de Madrid, puis les masters de Rome. Fin mai, il est déjà assuré d’être qualifié pour les masters de Londres en fin d’année. Un record.

Il arrive donc à Roland-Garros avec une statistique impressionnante : en 2011, 37 matches, 37 victoires. A la fin du tournoi, il peut dépasser le record de John McEnroe et ses 42 victoires consécutives. A la fin du tournoi, il peut devenir numéro 1 mondial. Mais le destin en décide autrement, Fognini déclare forfait en quart, et le match ne peut compter dans son décompte de victoire. Il restera coincé à 41, car Roger Federer l’élimine en demi-finales. Nadal reste 1er au classement ATP, et Djokovic n’égale pas le record.

 

Wimbledon, le passage du flambeau

 

Finalement il n’aura pas attendu beaucoup plus longtemps. Après un forfait au Queen’s, il s’engage à Wimbledon avec pour objectif de détrôner l’empereur Nadal. Il lui suffit d’arriver en finale. Et la finale, il l’atteint aux dépens de Jo-Wilfried Tsonga. Il devient numéro 1 mondial, et rejoint en finale… Rafael Nadal. Il gagne en quatre sets (6-4, 6-1, 1-6, 6-3), et remporte son deuxième tournoi du grand chelem de la saison.

            Sa nouvelle couronne ne le gêne pas plus que ça, et le bulldozer Djokovic ne s’arrête pas. Il ajoute une nouvelle victoire à son palmarès avec les masters 1000 de Montréal. A l’US Open, il réalise un tournoi difficile mais finit par s’imposer en finale encore une fois face à Nadal et en ayant éliminé une nouvelle fois Roger Federer.

 

Les duels Djokovic-Federer, métronomes de la saison

 

            Il y aura eu 5 confrontations entre le serbe et le suisse cette année. Le résultat parle de lui même : 4 victoires à 1 pour Djoko. C’est une statistique impressionnante compte tenu du standing de Federer, et ces affrontements sont un véritable symbole de l’état de forme du champion serbe cette saison. A Melbourne, il le bat alors qu’il est largement favori, puis juste après à Dubaï. Les deux fois, sans perdre le moindre set. La troisième rencontre a lieu à Indian Wells, et se solde une nouvelle fois par une victoire de Djokovic. Federer n’aura gagné qu’une fois, à Roland-Garros, au terme du match qui restera comme le plus beau de la saison, en termes de technique et d’intensité.

Le symbole fort, c’est que ces rencontres ont probablement été les facteurs les plus décisifs dans la sortie du suisse du top 3 mondial (une première depuis 2004). Novak Djokovic aura donc fait tomber une légende, tout au long d’une saison qu’on ne peut qualifier que d’impressionnante.

 

Un comportement qui n’agace plus

 

            Autre signe fort, Djokovic est plus apprécié au sein du circuit. En effet, il était souvent critiqué à cause de ses moqueries envers ses partenaires et un comportement parfois antisportif. Mais à 24 ans, le serbe a mûri et les joueurs le connaissent désormais. Son humour et ses pitreries en font un chouchou pour le public et les journalistes, et les joueurs n’en font plus une affaire d’état. Il a haussé son niveau de jeu, notamment sa première balle, et reste un des joueurs les plus difficiles à déborder sur le circuit. Il est complet et spectaculaire, autant de raisons qui en font un personnage très apprécié dans le monde de la petite balle jaune.

 

Au final, il est clair que Djokovic est une des grandes personnalités du sport de 2011. Il est devenu un vrai champion, qui a mérité sa place de numéro 1 mondial en enchaînant les performances extraordinaires tout au long de la saison, et qui a maintenant gagné le cœur du public. Même si sa fin de saison est moins rayonnante que le début, ses statistiques parlent pour lui : 3 titrs en Grand Chelem, 5 Masters 1000, 70 victoires, 6 défaites. Et il restera quand même le joueur qui aura détrôné la paire Federer-Nadal du haut du classement, et qui aura enchanté la planète tennis durant toute cette année 2011.

 

S.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article